Cet article est destiné à celles et ceux qui recherchent un produit de qualité.
Il existe de nombreuses façons de bricoler un châssis qui ressemble à une verrière. Voici 5 astuces pour reconnaître et choisir une véritable verrière intérieure de qualité :

 

N°1 / LA Matière : de l’acier ou rien

Une véritable verrière intérieure est en acier, et non en alu ou en bois. Méfiez-vous des imitations bas de gamme. L’aluminium est une matière beaucoup plus légère et plus tendre que l’acier. La verrière est donc nettement moins résistante et sensible au moindre choc. Et l’esthétique d’une structure en bois est très éloignée du style original de la verrière. L’acier est le matériau de prédilection de la verrière. Les méthodes de fabrication traditionnelles et la finesse des profilés permettent d’obtenir un résultat impeccable et extrêmement résistant.

N°2 / L’ASSEMBLAGE : cadre soudé

Le châssis d’une véritable verrière intérieure est débité en atelier, assemblé avec des coupes à 45° puis entièrement soudé. Attention aux verrières vendues en kit ou assemblées sur place (ce qui est souvent le cas des verrières en alu). La robustesse et l’esthétique ne seront pas au rendez-vous.

N°3 / La fixation : invisible

Le principe de fixation d’une véritable verrière repose sur les parecloses. Ces dernières doivent être clippées. Si vous apercevez des vis apparentes, fuyez ! Quelle disgrâce…

 

N°4 / Le verre : feuilleté ou trempé

Pour un verre de qualité, optez minimum pour un feuilleté 33,2 ou un verre trempé de 4 mm. Évitez le verre simple, trop fragile ou le plexiglas qui se raye facilement.

 

N°5 / LA FINITION : LE THERMOLAQUAGE

Il s’agit d’une peinture en poudre non polluante projetée au pistolet puis passée dans un four à haute température. Cette finition est la plus qualitative. Une peinture liquide risque de présenter des coulures et sera beaucoup plus fragile.

Où trouver toutes ses qualités réunies ?
Chez Artmeta.

 

Voir nos réalisations   PRODUITS EN LIGNE   Nous contacter

 

 

Partager